post image

Enseigner le français avec le théâtre

Entretien avec Annie Blasco

Chargée de programme au Centre international d’études pédagogiques (CIEP) et formatrice et animatrice de l’atelier “Animer un atelier théâtre en classe”, proposé notamment dans le cadre du stage BELC du CIEP, Annie Blasco nous explique comment découvrir et faire découvrir le jeu théâtral à travers les techniques théâtrales, l’expérimentation de ces pratiques, et la construction de séquences pédagogiques.

  • Entretien avec Annie Blasco
  • Témoignage de Cathy Fonteneau
  • Témoignages de M. Touhmou du Maroc et M. Nartey du Ghana
  • Le concours d’écriture de Jean-Luc Davagle et Aurélie Bauwens

Les stages

Afin d’aborder le théâtre et les techniques théâtrales en classe, Annie Blasco pense qu’il est essentiel que les professeurs en passent eux-mêmes d’abord par cette expérience, en suivant par exemple des stages, ou des ateliers de théâtre amateur, animés par des professionnels.

Le premier objectif de l’atelier qu’elle anime dans le cadre du stage BELC est de donner aux enseignants la possibilité d’acquérir cette expérience minimale du théâtre qui leur fait souvent défaut, en leur faisant découvrir différentes techniques théâtrales. Puis, en partant de l’analyse de leur propre expérience, les enseignants sont amenés à construire les séquences pédagogiques dont ils auront besoin avec leurs élèves.

Il faudrait, selon Annie Blasco, diversifier ces modes de formation en multipliant les stages liés à des écoles ou des approches de techniques théâtrales différentes – approches classiques, ou inspirées, par exemple, de Stanislavsky, de l’Actor’s Studio, ou encore de Jacques Lecoq en France.

Mettre en confiance

Au théâtre, nous rappelle Annie Blasco, le facteur humain est essentiel. Avant toute chose, il faut que s’installent des relations de confiance au sein du groupe. Pour cela, on peut s’appuyer sur des exercices tels que la présentation de soi par soi-même, ou par d’autres. En jouant ainsi sur l’image que l’on a de soi et des autres, on lutte en même temps efficacement contre les jugements de valeur, trop souvent présents dans les classes. Ce travail, qui peut être mené au premier trimestre, est fondamental : pour pouvoir s’exprimer, il faut être en confiance.

Exercices corporels

Est-on toujours conscient de ce que l’on peut faire passer avec son corps ? Avant de travailler sur l’émotion, il faut apprendre à se connaître. Au contact des autres, nous dit Annie Blasco, se produit un “effet miroir”, qui nous renseigne sur nous-mêmes – on se rend compte alors de ce que l’on exprime soi-même à travers son corps – et nous libère. Le théâtre est l’expression de toute une personne et de tout ce qui fait une personne. On peut travailler ensuite la voix et la diction, avant de passer au jeu proprement dit.

Le jeu

Pour Annie Blasco, la notion de “jeu” est essentielle. On retrouve au théâtre cette capacité, que les adultes ont souvent perdue, de pouvoir basculer dans le rêve, tout en cherchant à maintenir une certaine distance par rapport à la réalité.

Pour exercer son imagination, rien de telle que l’improvisation, même si cette technique n’est pas partout abordée de la même façon. Certains stages sont axés uniquement sur l’improvisation, d’autres restent concentrés sur le but final : l’interprétation des textes. Jacques Lecoq propose par exemple un cycle de trois ans sur l’expression corporelle, durant lequel l’accent est mis d’abord sur le jeu corporel puis sur la voix et enfin sur l’improvisation, en vue de la création.

La question de la finalité

Au début de son stage, Annie Blasco pose toujours la question de la finalité de la formation : animer un atelier théâtre, pour quoi faire ? Il est vrai que les attentes des stagiaires ne se recoupent pas toujours. Certains d’entre eux privilégient le côté artistique, d’autres l’aspect linguistique. D’autres enfin s’intéressent avant tout au bien être social de leurs élèves.

Annie Blasco propose que la finalité de l’atelier théâtre, ce soit “le théâtre”. Le mieux être dans la classe et les progrès linguistiques suivront naturellement. Pour l’enseignant qui choisit une thématique dans un texte afin de préparer une séance d’improvisation, la langue est le moyen, non le but. En partant des objectifs linguistiques – ou si le théâtre est par trop instrumentalisé – on ne remet pas suffisamment en cause le rapport hiérarchique enseignant-élèves. Or, en introduisant le théâtre en classe, …